Mathilde bouquine… « Les débutantes » de J. Courtney Sullivan

Occupant des chambres voisines sur le campus de l’Université féminine de Smith, quatre jeunes filles venues d’horizons très différents font connaissance. Cette rencontre est le début d’une belle et solide amitié entre Celia, écrivaine en devenir élevée dans la foi catholique, Bree, beauté solaire qui se languit de son fiancé, Sally, jeune fille bon chic bon genre qui doit faire face à la disparition de sa mère, et enfin April, féministe radicale et tête brûlée.

Ce roman d’initiation relate leurs années de formation sur le campus de la mythique Université de Smith, célèbre à la fois par la qualité de son enseignement et par l’esprit féministe et libertaire qui y règne, dont l’ambiance particulière avait déjà inspiré Sylvia Plath ou Joyce Carol Oates ; il nous fait aussi découvrir leurs débuts dans la vie.

Mon avis :

Une vrai histoire de femmes, dès les premières pages on comprend que l’on va plonger dans un univers ultra féminin !

On découvre Celia, une jeune femme qui va retrouver ses copines de fax pour le mariage de l’une d’entre elles. Le roman est divisée selon le point de vue de chacune des amies qui sont au nombre de 4 : Celia, Bree, April et Sally. Le roman débute par le récit de Celia qui raconte la rencontre des filles lors de leur arrivée sur le campus de Smith, une université uniquement féminine, chacune bien distincte les unes des autres au point de vue de leurs caractères mais pourtant la mayonnaise prend toute suite. Sous forme de flash-back, car Celia nous raconte cette période de sa vie en se rendant au mariage de Sally.

Le récit de Bree lui raconte la aussi son départ pour le mariage de Sally, avec la aussi la rétrospective de la rencontre de ses camarades, sa relation amoureuse avec Lara influencée par l’ambiance féminine de Smith. Cette relation qu’elle pense éphémère car uniquement vivable pendant cette période bien spécifique que sont les années fac.

La version d’April est beaucoup plus féministe et engagée que les précédentes, elle est beaucoup plus préoccupée par la condition féminine dans le monde entier, beaucoup de chose à révolte.

 » Il y avait quelque chose d’extrêmement rassurant dans le fait de savoir qu’on était finalement arrivé à son but, au lieu de constamment courir après sa vie. « 

La première partie du roman rappelle vraiment les points communs et l’amitié des filles, jusqu’au mariage de Sally, on comprend vite que la suite des événements va être plus tendue ! La disparition de l’une d’entre elles va rapprocher les filles qui suite au mariage de Sally c’était éloignée.

 » Ainsi on pouvait passer sa vie à attendre qu’une conversation ait lieu, ou de recevoir des excuses puis, lorsque cela arrivait, on avait finalement l’impression qu’on n’en avait plus besoin. « 

Dans  la seconde partie du roman, on retrouve les 4 filles après le mariage de Sally, chacune à sa vie qui continue mais quand April disparait les filles vont se rapprocher comme pendant leurs années universitaires. On se demande vraiment quel sort va être donné à April.

Une histoire agréable à lire par cette saison estivale, mais des sujets douloureux et violents sur la condition féminine dans le monde.

★★★☆☆
Bon

Publicités

3 réflexions sur “Mathilde bouquine… « Les débutantes » de J. Courtney Sullivan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s