Mathilde bouquine « Danse noire » de Nancy Huston

Sur un lit d’hôpital, Milo s’éteint lentement. A son chevet, le réalisateur new-yorkais Paul Schwarz rêve d’un ultime projet commun : un film qu’ils écriraient ensemble à partir de l’incroyable parcours de Milo. Dans un grand mouvement musical pour chanter ses origines d’abord effacées puis peu à peu recomposées, ce film suivrait trois lignes de vie qui, traversant guerres et exils, invasions et résistances, nous plongeraient dans la tension insoluble entre le Vieux et le Nouveau Monde, le besoin de transmission et le rêve de recommencement. Du début du XXe siècle à nos jours, de l’Irlande au Canada, de la chambre sordide d’une prostituée indienne aux rythmes lancinants de la capoeira brésilienne, d’un hôpital catholique québecois aux soirées prestigieuses de New York, cette histoire d’amour et de renoncement est habitée d’un bout à l’autre par le bruissement des langues et l’engagement des coeurs. Film ou roman, roman d’un film, Danse noire est l’oeuvre totale, libre et accomplie d’une romancière au sommet de son art.

Mon avis :

J’ai eu la chance de découvrir ce roman grâce à l’opération de Rentrée Littéraire organisée par PriceMinister.

Il faut bien dire que les premières pages ont été difficiles pour moi car je ne m’attendais pas à cette écriture. Tout d’abord ce roman est en français et en anglais canadien (la traduction en québecois), bref le changement de langue fréquemment dans ce livre m’a perturbée. Et puis le rythme du livre est, à mon avis, unique. Ce livre est écrit comme un film. C’est un scénario qui nous est raconté. Ce roman est avant tout une preuve d’un amour immense.

Paul est l’amant de Milo qui vit les derniers instants de sa vie, il meurt peu à peu du sida et comme un dernier hommage à l’homme qu’il a tant aimé, Paul nous raconte la vie de son amant.

On traverse les époques, en suivant 3 personnages : Neil, le grand père de Milo ; Awinita, sa mère et Milo lui même.  Ce roman nous fait également voyager géographiquement puisqu’on traverse l’Irlande, le Québec, l’Amérique du Sud.

Ce livre a du rythme et je me suis rendue compte que plus ma lecture avançait et plus j’étais éprise de l’histoire. Plus les pages se tournaient et plus j’avais envie de comprendre qui était Milo, d’où il venait, ses origines. Ce roman est la dernière danse de Milo, le dernier projet d’une vie, le film de la vie qui passe devant les yeux quand la dernière heure a sonnée.

Pour moi ce roman est une belle découverte et une belle surprise. Une fois passé les premières difficultés pour rentrer dans cet univers si singulier, j’ai pris un réel plaisir à lire ce roman.

★★★★☆

Très bon
Publicités

5 réflexions sur “Mathilde bouquine « Danse noire » de Nancy Huston

  1. Parisianne dit :

    Bonsoir,
    Comme vous j’ai eu du mal à rentrer dans le livre et me suis finalement laissée prendre à sa musicalité mais je trouve cependant que c’est un livre qui n’est pas accessible à tous.
    Anne

  2. le Bison dit :

    Je confirme : un excellent bouquin. Plus on avance, plus on est pris dans l’histoire – oups ce scénario.
    Je découvre une nouvelle Huston, bien différent de ce que j’ai pu lire d’elle auparavant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s