Barbe bleue

couv41989842« La colocataire est la femme idéale. »

Mon avis :

Il y a des livres qui n’attendent pas ! Celui-ci en fait partie, je n’ai pas résisté à me plonger immédiatement dans le 21ème roman d’Amélie Nothomb.

On fait la rencontre de Saturnine Puissant, une jeune femme belge qui souhaite s’installer à Paris car elle travaille à l’Ecole du Louvres. Elle va « squatter » chez une amie,  Corinne, qui vit à Marne La Vallée, mais Saturnine a du mal à s’acclimater dans l’appartement de son amie.

Elle va chercher et répondre à une annonce de colocation pour une chambre située dans le 7ème arrondissement de Paris. Une fois sur place, elle va se rendre compte qu’il y a 15 femmes (uniquement) qui attendent de rencontrer le maitre des lieux, Don Elemirio Nibal y Milcar. Saturnine va apprendre que les 8 anciennes colocataires de Don Elemerio ont mystérieusement disparues.

Saturnine, sans l’ombre d’un effort, va être choisie par Don Elemerio. Par contre il lui impose de ne jamais rentrer dans la chambre noire, il se dit photographe et cette pièce serait sa chambre noire pour développer ses photos.

Tout de suite va s’instaurer entre nos deux personnages une proximité étonnante, ils se connaissent à peine qu’ils ont de grandes conversations. Même si Saturnine éprouve quelques réticences elle n’en tient pas compte vu l’appartement sublime qu’elle occupe, pour un prix dérisoire et cerise sur le gâteau avec du personnel de maison à ses petits soins.

Don Elemerio va très rapidement tomber amoureux de Saturnine, pour des raisons assez ahurissante (parce qu’elle aime la couleur jaune et l’or ensemble).  Il va lui faire des cadeaux, des petits plats…

Petit à petit on va découvrir l’histoire de la chambre noire, l’histoire des 8 anciennes colocataires. Evidemment ce roman fait de nombreuses fois référence à l’histoire de Barbe bleue de Charles Perrault.

Ce roman pose de nombreuses questions sur le respect du jardin secret de chacun, doit-on tout savoir de l’autre, jusqu’où va la confiance que l’on peut avoir envers l’autre…  On doute quant à savoir si l’homme est un assassin ou pas, et sur ce que sont devenus les 8 anciennes colocataires…

Comme à mon habitude, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui nous fait passer par de nombreux sentiments, on y découvre l’ambiguïté amoureuse entre nos deux personnages, et surtout nous laisse nous interroger sur notre propre rapport à l’autre, au respect de la vie privée… Pour ma part, Amélie Nothomb est une valeur sûre de la rentrée littéraire 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s