Purge

Sans titre copieEn 1992, l’union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes.
Ainsi, lorsqu’elle trouve Zara dans son jardin, une jeune femme qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte. Ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille va se révéler, en lien avec le passé de l’occupation soviétique et l’amour qu’Aliide a ressenti pour Hans, un résistant. La vieille dame va alors décider de protéger Zara jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix.
Sofi Oksanen s’empare de l’Histoire pour bâtir une tragédie familiale envoûtante. Haletant comme un film d’Hitchcock, son roman pose plusieurs questions passionnantes : peut-on vivre dans un pays occupé sans se compromettre ? Quel jugement peut-on porter sur ces trahisons ou actes de collaboration une fois disparu le poids de la contrainte ?

Des questions qui ne peuvent que résonner fortement dans la tête des lecteurs français.

Mon avis :

J’ai enfin fini ce livre, j’ai vraiment eu envie de l’abandonner en cours de route (ce qui m’arrive très rarement). En effet, j’ai eu énormément de mal à rentrer dans l’histoire. Celle-ci se passe en Estonie au début des années 90. On découvre Aliide Truu, une femme d’un certain âge qui vit seule dans une ferme. Elle va accueillir une jeune femme chez elle, Zara (qui arrive sans qu’on sache trop d’où au début du livre).

Ensuite, l’histoire est faite de flash-back, l’auteur revient toujours en arrière, d’un chapitre à l’autre on change d’année, j’ai eu beaucoup de mal à m’y faire. On se replonger au début des années 50, au sortir de la 2nde Guerre Mondiale, ensuite on revient dans les années 90. On suit à la fois l’histoire d’Aliide et sa famille, et de l’autre Zara. On découvre ses deux destins croisés.

J’ai fini par comprendre que tout ça n’était qu’une histoire de famille, Aliide est très amoureuse de son beau-frère, Hans, depuis sa jeunesse, elle va le cacher avec l’aide d’Ingel (sœur d’Aliide et femme de Hans). Aliide va épouser Martin (par défaut). Toute l’histoire tourne autour de l’histoire d’amour impossible entre Hans et Aliide, la vengeance entrainée, tous cela sur fond de l’histoire de l’Estonie entre 1950 et 1990.

J’ai parfois eu l’impression que l’histoire ce lançait que ça allait aller mieux, et ça retombait comme un soufflé. De plus, le style de l’auteur est particulier, il faut vraiment être très concentré sur sa lecture, il m’a parfois fallu relire des passages pour bien comprendre (il y a beaucoup de ponctuations…).

Pour conclure, ce roman ne m’a pas réconcilié avec les romans qui parlent de la 2nde Guerre Mondiale, je crois que j’en fais une overdose…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s